Visitez le MoMA et découvrez le fauteuil lounge Eames

Le fauteuil lounge Eames est un meuble que l’on peut découvrir sur le site http://www.famous-design.com/fauteuils-de-salon/fauteuil-lounge-eames-noyer_302.html, mais aussi dans certains espaces dédiés à l’art et à la culture. C’est le cas du Museum of Modern Art qui expose un exemplaire de ce fauteuil dans sa collection permanente. Le Museum of Modern Art en abrégé MoMA est un musée consacré à l’art moderne, ainsi qu’à l’art contemporain. Cet espace dédié à la culture a été inauguré en 1929 dans l’arrondissement de Manhattan au cœur de la cité de New York. En résumé, le MoMA expose 150 000 oeuvres parmi lesquelles des peintures, des dessins, des sculptures, des photographies, des gravures, des objets d’art et des maquettes ? On y retrouve également 22 000 films et 4 millions de diapositives. Le musée est bâti sur une superficie totale de 11 600 m². Il accueille près de 3 200 000 visiteurs chaque année.

Le musée a vu le jour, dans un élan de contestation des politiques conservatrices et même rétrogrades des musées que l’on retrouvait aux États-Unis. Derrière ce mouvement de contestation, on retrouve Abby Aldrich Rockfeller et deux de ses amies Mary Quinn Sullivan et Lillie P. Bliss. Elles décident ensemble de créer un espace dédié essentiellement à l’art moderne et contemporain. Un espace qui a pour mission de conserver les œuvres les plus marquantes de l’histoire comme l’est devenu le fauteuil lounge Eames, mais aussi de présenter de jeunes artistes au public. Avec son nombre de visiteurs annuel qui est, rappelons-le de plus de 3 millions, le musée est le troisième espace artistique et culturel le plus visité aux États-Unis, derrière le Metropolitan Museum of Art à New York et la National Gallery of Art à Washington.

On retrouve dans ce musée, l’une des collections d’art moderne et contemporain, les plus grosses du monde, au même titre que celle de Tate Modern à Londres et du Centre Georges Pompidou à Paris. Cette collection comprend également la chaise LCW, du même créateur que le fauteuil lounge Eames. Le MoMA est l’un des premiers à s’être doté d’un département dédié à la photographie, ce qui a permis de contribuer à la revalorisation de la photographie en tant qu’art, c’était en 1940. Avec ce changement, de nombreux autres musées ont créé des départements pour la photographie. Le PS1 Contemporary Art Center qui se trouve dans le Queens est un espace artistique affilié au MoMA depuis 2000.

L’histoire de la région du Drâa à votre portée grâce à l’enduro au Maroc

Faire de l’enduro au Maroc avec Atlasdesertenduro est une activité qui intéresse de plus en plus les touristes venus passer quelques jours dans ce merveilleux pays. Certes cela donne l’occasion aux touristes de découvrir de près les régions les moins fréquentées comme le Drâa, au sud de Marrakech, mais cela leur permet aussi de se rapprocher des populations et d’en apprendre plus sur l’histoire de ce pays. S’agissant de la région du Drâa, elle est née suite à de nombreux changements survenus dans la zone. Ce sont les Romains qui furent les premiers à se rendre dans ce coin du Maroc en sillonnant le fleuve du même nom. À l’époque ils l’appelèrent Darat et prétendaient y avoir aperçu des crocodiles. Au fil des décennies et des évènements, le nom « Darat », attribué au fleuve par les Romains est devenu « Drâa ».

Entre le septième siècle et le dixième, la région du Drâa revêtait un grand intérêt pour les populations étrangères, la ville était principalement fréquentée par des nomades, encore appelés caravaniers. Drâa se trouvait à l’époque au cœur de Zagora dans le désert marocain et abritait un massif montagneux ayant l’aspect d’une pyramide et qui porte aujourd’hui le nom de Jbal Zaggûr. Les nomades étaient attirés par cette forme pyramidale qui les guidait à travers le désert, un peu comme le ferait un phare en mer. C’est une merveille de la nature que vous pourrez découvrir en faisant de l’enduro au Maroc. C’est de cette manière qu’en suivant la pyramide, les nomades se retrouvaient dans la région du Drâa. Le Jbel Zaggûr est sans aucun doute un atout de la région qui attire de nombreux touristes.

En venant du de Mhamid au sud et d’Ouarzazate au nord, les nomades se retrouvaient dans le Drâa. C’est entre la fin du dixième siècle et le onzième que l’engouement pour la région du Drâa atteint son apogée, même les almoravides y ont habité durant cette période. Dans la période 1300, la région était dirigée par la tribu Zénète des mérinides, leur donnant également de l’influence sur les villes de Marrakech et Fès. Le Drâa retrouve son indépendance au 19e siècle, et les 8 districts qui la composent sont dès lors mis sous l’autorité de régimes différents. En faisant de l’enduro au Maroc, vous pourrez découvrir quelques-uns de ces districts, notamment Aït Seddrât, Mazgita, le Saghro, le pays des Oulad Jri et celui des amazigophones blancs. Par la suite, la région est passée sous domination française comme de nombreuses autres régions du Maroc.

Pourra-t-on trouver la chaise Eames DSW au salon Maison et Objet de 2016 ?

L’année 2016 a accueilli l’organisation et la tenue d’un évènement d’envergure pour les passionnés et les professionnels du design, plus particulièrement de la décoration d’intérieur. Le Salon Maison et Objet s’est tenu en janvier 2016, du 22 au 26 du mois au parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Durant ce salon, les visiteurs ont pu découvrir les nouveautés en matière de décoration et de style de vie. La thématique de cette édition était « Wild », un espace d’inspirations qui a été imaginé, conçu et réalisé par François Bernard. Après tant d’années est-ce que l’on rencontre encore la chaise Eames DSW sur le site http://www.chaisedesign.fr/fabriquer-assise-deco-on-na-de-chaise-eames-dsw/ à ce genre d’évènements ? Ce salon est également l’occasion de découvrir de jeunes talents, notamment ceux qui se sont spécialisés dans le design scandinave. Le designer catalan Eugeni Quitllet, spécialisé dans le plastique était à l’honneur durant ce salon.

Le salon était ouvert du vendredi au lundi de 9h30 à 19h et le mardi de 9h30 à 18h. Les visiteurs accédaient au salon grâce à leur badge qui était strictement personnel et qui était doté d’une validité de 5 jours. Le badge pouvait être acheté en ligne ou sur place. Le salon étant professionnel, seuls les professionnels étaient admis, pas le grand public ni les enfants. La mise en scène « Wild » de François Bernard est partie de l’envie d’opposer de manière sympathique le soft et le raw, le sophistiqué et le brut qui a abouti naturellement au thème « sauvage » qui est la synthèse des deux. Une chaise Eames DSW cadrerait parfaitement avec cette ambiance, car ce meuble est aussi un mélange de plusieurs styles et tendances.

Le thème sauvage est représenté par des couleurs qui tournent autour du bleu verdi, du jaune, du brun, des matériaux naturels comme la laine ou le coton, des effets dits méchés. Tout un ensemble qui a permis d’aboutir à un espace d’inspirations, pour que le visiteur se sente dans un environnement naturel, sauvage et sophistiqué, un environnement qui cadre parfaitement avec la chaise Eames DSW. Le designer Eugeni Quitllet était mis à l’honneur, originaire d’Espagne, il est diplômé de l’école d’art de Barcelone La Lltja et il se considère comme un designer doublé d’un rêveur. Parmi ses créations les plus mémorables, nous pouvons citer la chaise cloud-io ou la Masters qui a été créée en 2009, en collaboration avec Philippe Starck.

Une agence immobilière à Essaouira peut vous parler des enjeux des biens professionnels

Le secteur immobilier au Maroc est divisé en plusieurs segments. On retrouve les biens résidentiels, les biens de luxe, les biens à usage professionnel, etc. S’agissant des biens à usage professionnel, le Royaume du Maroc ambitionne de revoir sa politique de développement. Ce développement passera certainement par la mise en place de nombreux partenariats pour que des espaces 100% dédiés au monde professionnel soient créés. Le Maroc ambitionne de posséder d’ici 2020 une vingtaine de centres commerciaux qui comprendront des espaces bureaux. Ces infrastructures augmenteront l’offre de bureaux dans les principales villes du royaume. Une agence immobilière comme Essaouira Select et les différentes agences du pays proposeront ces espaces à la location ou à la vente. Dans la ville de Casablanca, ce projet fera augmenter l’offre, pour la faire monter à 2,1 millions de m² au lieu des 1,6 million de m² actuels, ce qui attirera forcément les multinationales.

L’opérateur international de conseil dans le secteur immobilier d’entreprise, CBRE a récemment célébré ses 10 ans. Pour cette occasion, un forum s’est tenu dans la ville de Casablanca sous le thème « l’investissement dans l’immobilier d’entreprise : enjeux et perspectives de l’immobilier bureau, commercial et industriel ». Très souvent, le problème que l’on rencontre dans l’immobilier d’entreprise au Maroc c’est que l’offre ne correspond pas toujours à la demande du marché. Les participants à ce forum ont essayé d’apporter des éclaircissements à ce sujet. Parmi les participants à ce forum, on a pu retrouver des agences immobilières d’Essaouira et d’autres villes du Maroc. Il faut rappeler que depuis environ 10 ans, le Maroc a réalisé de nombreux projets dans le secteur du tertiaire. Dans cette catégorie, nous pouvons citer les immeubles de bureaux, les centres commerciaux, les entrepôts, les bureaux de nouvelle génération, etc.

Malgré tous ces investissements, l’offre reste bien inférieure à la demande, et même stérile, les utilisateurs de ces locaux se voient mal y faire des placements à long terme. Même votre agence immobilière à Essaouira ne vous proposera pas beaucoup de biens professionnels, le déficit est très perceptible. Pour le moment le Maroc abrite 9 centres commerciaux prêts à être utilisés, sans compter les 20 autres qui seront disponibles d’ici 2020. Ce que l’on peut retenir, c’est que l’offre doit s’adapter, afin de répondre à certains critères, notamment la proximité et la qualité. Le Maroc devrait profiter de sa stabilité économique et politique afin d’augmenter son offre en immobilier d’entreprise, afin d’attirer les multinationales.